Contre-indications

- dépression en cours ou non stabilisée

 - schizophrènie, border-line, bipolarité non stabilisée,

 - sous traitements médicaux lourds qui provoquent l'endormissement ou baissent la vigilance

 - gestion de crise : ce n'est pas une solution rapide (deuil, séparation douloureuse, changement personnel ou professionnel...). Laissez-vous le temps nécessaire pour en sortir naturellement ou opter pour la sophrologie

 - personnes hyper-actives, ou souffrant de tétanie, de spasmophilie... Préférez la sophrologie.

« Ce n'est pas le moment d'apprendre à nager 

quand on est en train de se noyer. »  

John KABAT-ZINN    



 REVENIR à MEDITATION & SOPHROLOGIE

 La méditation produit des effets thérapeutiques, 

mais n'est pas considérée comme une thérapie.

    Si vous suivez une psychothérapie 

ou un traitement médical, 

ne l'arrêtez pas sans l'avis du médecin prescripteur.

                                 


Comments